mercredi 13 octobre 2010

Lechevalier, B. (2006). Le cerveau de mozart - La perception du rythme chez le nourrisson

Votre avis :  
Un autre chapitre du livre de Lechevalier concerne la perception précoce des sons. Est-ce qu'un bébé est capable d'entendre un son? Oui, clairement, même avant la naissance... Mais sait-il discriminer les sons entre eux? Sait-il percevoir la musique dans ses mouvements, ses temps, etc.? Il semblerait que oui, dès 10 mois, voir avant pour le rythme. Ceci a été observé par une méthode intéressante de VRA (Visual Reinforcement Audiometry), utilisée par Trehub en 1990.

Méthode
Le VRA, pour Visual Reinforcement Audiometry, est une technique qui permet de mesurer une réponse en terme de comportement observable à un stimulus auditif. Cette méthode est utilisée chez les nourrissons notamment. 
Le principe est le suivant: On place les bébés sur les genoux de leur parent, en face de l'expérimentateur qui va tenter de capter leur attention droit devant eux grâce à une poupée. La mélodie est présentée par un haut parleur situé à 45° à gauche du sujet. On enregistre les mouvements de la tête.

Résultats
Un premier résultat concerne la capacité du bébé à discriminer les intervalles séparant deux sons. On a fait tourner une séquence auditive, qu'on a répété avec des intervalles précis, dans un ordre précis (97 ms, 291 ms, 582 ms), et quand l'ordre des intervalles est inversé (582 ms, 291 ms, 97 ms), on observe un mouvement de la tête chez le bébé, ce dès 6 mois. 
--> Ceci implique que les bébés de 6 à 12 mois sont capables de percevoir des différences de rythmes et d'intervalles. Une autre étude montre même qu'ils sont capables de créer des séquences rythmiques à partir de ce qu'ils perçoivent et de les discriminer entre elles.

--> Par la même méthode, on a observé que les bébés de 7 à 11 mois peuvent discriminer également les contours mélodiques. Comme les adultes, ils réagissent plus à des modifications globales de mélodies qu'à des changements ponctuels qui ne changent pas grand chose à la globalité du morceau. Ils sont ainsi capables de reconnaître des fins de phrase mélodiques.

--> Dès l'âge de 10 mois, les enfants sont capables de faire des catégorisations sur ces contours rythmiques et mélodiques, en les rangeant par exemple selon que ça monte ou que ça descende, que ça accélère ou que ça décélère, etc.

--> Chez le nourrisson, comme chez l'adulte, changer une note à l'octave supérieure n'est pas perçu comme un changement. Changer un morceau à l'octave supérieure non plus. 

--> Les nourrissons sont sensibles aux styles de la musique. La réaction sera différente pour une musique agitée que pour une berceuse (ce qui prouve l'effet de la berceuse, au passage).


Source : Lechevalier, B. (2006). Le cerveau de Mozart. Odile Jacob: Paris

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire