vendredi 26 novembre 2010

Finkbeiner, M. & al. (2008). Utiliser un système moteur pour étudier l'amorçage orthographique inconscient

Votre avis :  
Dans cette expérience, les sujets ont catégorisés des mots cibles, selon qu'ils faisaient plus penser à du vert (petits pois) ou à du rouge (fraise), grâce à une tâche de pointage du doigt. Ils avaient inclus des amorces qui étaient soit "rouge" soit "vert". Ils ont trouvé que la courbure des trajectoires de pointage était plus grande quand le mot cible était incongruent avec l'amorce (vert - SANG) que quand il suivait des amorces congruentes.
Il y a une augmentation de l'activité cérébrale dans la zone du cortex moteur située du côté opposé à la cible, dans le cas d'amorces incongruentes. Cela signifie que les amorces subliminales peuvent moduler l'activité électrique du cortex moteur. 

Il a déjà été montré que les processus perceptifs et les processus de formulation de réponse étaient continuent pour des stimuli conscients, mais ps encore pour les stimuli inconscients. Pour voir s'il y avait une réponse du cortex moteur avec des amorces inconscientes, ils ont utilisé l'analyse du mouvement du bras. Ils ont fait attention avec leur matériel à bien choisir leur ISI, parce qu'ils ont vu que plus les participants avaient du temps pour traiter le stimulus amorce, plus leur trajectoire de pointage était incurvé vers la mauvaise cible (dans le cas de situation congruente ou le prime a un rapport avec la cible). Cela agirait comme une "inhibition retour" sémantique, où il serait plus difficile d'aller vers les mots qui ressemblent à ceux qu'on a déjà vu en amorce.

Dans leur expérience, ils ont utilisé une procédure de présentation de l'amorce qui empêche d'en prendre conscience. 
La courbure des trajectoires de pointage des participants était plus grande dans la condition incongruente. Les participants étaient donc à même de programmer leur réponse en fonction de l'amorce, du côté de celle-ci, ce qu'ils devaient corriger en cours de pointage si la situation était en fait incongruente. Avec les ISI choisis, ils ont donc rétabli un effet normal où le participant est attiré vers la cible en rapport avec l'amorce. 

Expérience 1

Méthode
7 participants droitiers ont fait une tâche de catégorisation de mots qui étaient présentés sur un écran noir, en blanc. La catégorisation était de dire si la couleur de ce que les mots représentaient était verte ou rouge. (ex: sang ou concombre). Ils devaient pointer vers le carré rouge ou vert de l'écran. Avant ce mot, il y avait une amorce (soit rouge soit vert) dont le participant n'était pas avisé.
Ils avaient dix mots cibles (5 se rapportant au vert et 5 au rouge). Les mots amorces étaient "rouge" ou "vert". Ils ont contrôlé les variables de fréquence, de longueur, etc. Dans chaque condition (congruent, incongruent et neutre), chaque mot apparaissait 4 fois pour un total de 120 essais. Ils avaient une phase d'entrainement sur 30 essais.
Chaque essai était constitué d'un masque de 500ms, puis le mot amorce pendant 30ms, puis un masque pour 10ms et la cible pendant 2 sec ou jusqu'à ce qu'une réponse soit donnée. Ils avaient mit un ISI de 2 sec pendant lequel apparaissait le mot "loading". 

Résultats
Le temps de réaction est définie à partir du moment où la vitesse de la main dépassait un seuil de 10cm/s et le temps total est définie comme l'intervalle entre le début d'affichage de la cible et la fin du pointage. La Courbure maximale est définie comme le point le plus éloigné par rapport à la trajectoire linéaire. Ils ont enlevé les réponses fausses (4%) et les réponses trop rapides (<100ms)
  • Ils ont observé un effet significatif du type d'amorce sur la courbure maximale: la condition incongruente avait un maximum plus grand que la condition neutre et que la condition congruente. Néanmoins, pas de différences n'ont été observées entre la condition congruente et neutre.
  • Ils ont observé un effet significatif du type d'amorce sur le temps total mais pas sur le temps de réaction: Les réponses étaient plus lentes dans la condition incongruente que pour la condition neutre et congruente. Il n'y avait pas de différence entre la condition congruente et neutre.

Expérience 2

Dans cette expérience, ils ont fait varié la durée de présentation de l'amorce, afin de savoir si les résultats n'étaient pas dû à une prise de conscience de l'amorce. Ils voulaient également préciser les effets de congruences pour des valeurs de présentation de l'amorce élevés (on a dit plus haut que quand l'amorce était présentée longtemps, les temps sur la condition congruentes étaient augmentés).

Méthode
7 participants droitiers ont fait la même tâche que dans l'expérience 1, sauf qu'ils n'utilisaient pas un mouvement de la main, mais le mouvement d'un stylo sur une tablette. Ils faisaient 240 essais au total, 30 congruents et 30 incongruents pour chacune des 4 durées de présentation des amorces (10ms, 20ms, 30ms, 40ms). Il n'y avait pas d'amorce neutre cette fois-ci. 
La tâche de catégorisation de l'amorce était faite sur un clavier avec la main gauche. Les participants ne devaient pas répondre avant que n'apparaisse le point d'interrogation, 1 seconde après l'apparition de la cible. 

Résultats
Ils ont à nouveau supprimé les réponses fausses (2,3%) et ceux qui réagissaient trop vite (<100ms). 
  • La courbure maximale augmentait dans la condition incongruente plus le temps de présentation de l'amorce était long.
  • Les temps de réaction ne montraient aucune différence mais le temps total correspondait aux observations sur la courbure maximale: un effet significatif de l'amorce était observé, avec des temps totaux plus longs pour la condition incongruente pour la condition à 40ms (mais pas pour les autres)
 Discussion
Ils ont pu observer les résultats connus sur les processus de catégorisation avec une nouvelle méthode: l'analyse de la réponse motrice. Les résultats ont montré que la congruence entre l'amorce et la cible oriente le mouvement dans une direction: celle de la couleur de l'amorce, ce qu'il faut ensuite corrigé si on est en situation incongruente, et qui explique l'augmentation des temps de réponse totaux et le maximum de la courbure.


Source: Finkbeiner, M. & al. (2008). Engaging the motor system with masked orthographic primes: A kinematic analysis, in Visual Cognition, 16 (1), 11-22

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire