mardi 27 décembre 2011

Spink et al. (2004). Une étude sur les requêtes internet dans le domaine de la santé

Votre avis :  
Cette étude a comparé 10 000 requêtes internet, les a comparé avec d'anciennes études pour voir l'évolution des comportements sur internet. Ils ont regardé principalement les requêtes qui commençaient par should. Ils ont trouvé que finalement, actuellement, peu de recherches sont faites sur la santé par rapport aux autres domaines, que quand une recherche est faite, c'est sur principalement 5 sujets (santé générale, problèmes de poids, la santé sexuelle et le développement, l'obstétrique (les femmes enceintes) et les relations sociales). Les recherches médicales se font moins sur des moteurs de recherche généraux et plus sur des sites spécifiques.
Une étude récente a montré que les docteurs commencent à utiliser plus internet par rapport à avant. Il y a donc une meilleure offre de réponse pour les questions des utilisateurs d'internet, cherchant soit des éléments factuels sur des maladies, soit des conseils personnels. Le problème est que souvent, les demandes des utilisateurs sont inadaptées. De nombreuses études ont déjà montrées que les utilisateurs des moteurs de recherche font peu de reformulation, n'utilisent pas les mots scientifiques, font des acronymes, des fautes d'orthographe, etc. (cf. McCray & Tse, 2003 pour exemple). 
Une autre étude s'est intéressée aux centre d'intérêts et aux sujets des différentes demandes qui sont faites sur internet. On y retrouve notamment, entre autres sujets aussi importants : la santé des femmes, le contrôle de son poids, les allergies et les problèmes de dos, etc.
Une enquête a également estimé que 63% des Américains ont déjà recherché une information sur la santé sur un moteur de recherche (ce qui représente quand même 73 million de personnes). Parmi eux, 93% recherchent des informations sur une maladie spécifique, 65% sur des exercices, des conseils pour contrôler son poids et ses formes, 64% pour des médicaments, et 33% pour des questions de problèmes délicats. Plus de la moitié des gens ne recherchent des informations sur la santé via internet que moins d'une fois par mois.

Problèmes de fiabilité dans les contenu (les infos) des sites sur la santé 
Même les étudiants en médecine et les infirmières qui participent à répondre aux questions posées sur internet se sentent incapables de répondre correctement aux demandes. On rajoute à cela que les recherches sur les sites spécialisés, visités par les professionnels, donnent moins souvent de réponses fructueuses à des questions spécifiques que les moteurs de recherche généraux (i.e. google), les sites étant moins faits et incomplets. En conséquence, il y a de moins en moins de recherches sur des sujets médicaux. 
Pour mettre des chiffres sur ce phénomène de diminution des recherches d'informations médicales : les requêtes sur des thèmes médicaux représentaient 9,5% des recherches sur internet en 1997, 7,8% en 1999 et 7,5% en 2001.

Souvent, quand un terme clinique n'est pas connu, l'utilisateur va utiliser son propre langage, approximatif, pour effectuer sa recherche. Il faut donc s'adapter à ce manque du terme pour aider les utilisateurs. Le domaine de la recherche d'information sur les sites de santé ne diffère pas du reste : comme toute autre recherche d'information, on ne fait pas assez de reformulation, on ne regarde que peu de liens en résultat (les 10 à 20 premiers seulement), et on ne s'adapte pas aux caractéristiques d'un moteur de recherche (exemple : utilisation de la recherche booléenne). La différence avec les recherches non-médicales est sur la formulation des questions : on recherche plus d'information sur le comment ou le pourquoi de telle ou telle maladie, que sur des lieux ou des temps.

Catégories recherchées dans les formulaires de recherche de 2 sites sur la santé


Les recherches sur la santé ne représentent actuellement (en 2004) qu'une petite partie des recherches sur internet. Leur part a petit à petit diminuée depuis les années 1997, et devrait ainsi avoir continué à décroitre depuis lors, au profit d'autres recherches notamment centrées sur le commerce, le voyage, l'économie, etc.

On observe un phénomène de mauvaise utilisation des formulaires de recherche, avec des recherches trop courtes, peu de reformulation en cas de non pertinence des résultats, des manques de termes médicaux, etc. Le problème est qu'en plus, nous autres utilisateurs devenons rapidement émotifs face à un formulaire de recherche qui ne nous donne pas les résultats espérés, et on a tendance alors à s'énerver contre la machine, qui a pourtant fait seulement ce qu'on lui a demandé. On s'énerve ainsi contre notre propre incompétence dans l'utilisation des moteurs de recherche.


Source : Spink, A., Yang, Y., Jansen, J., Nykanen, P., Lorence, D. P., Ozmutlu, S. & Ozmutlu, H. C. (2004). A study of medical and health queries to web search engines. Health Information and Libraries Journal, 21, 44–51


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire