samedi 31 juillet 2010

Rensink, R. A. (2000). Quand les bons observateurs échouent : la cécité au changement (change blindness) et la cécité inattentif (inattentional blindness) dans la perception visuelle

Votre avis :  
Dans cet article, R. A. Rensink aborde deux éléments intéressants pour la psychologie de l'attention. Ces deux éléments sont le Change Blindness et l'Inattentionnal Blindness. Il parle également des implications de ces deux phénomènes pour l'attention visuelle.

Change Blindness (Aveuglement au changement):
Ce premier type d'aveuglement concerne des changements qui ont lieu après une période de désinvestissement. Lorsqu'un stimuli change après que nous ayons tourné les yeux, ou après que nous ayons été aveuglé (par un écran noir par exemple) pendant un court instant. Ce phénomène est utilisé notamment par certains jeux, lorsqu'on nous demande de retenir des objets sur une table, qu'on cache la table et qu'on nous demande quels objets ont changé. La tâche est très difficile. C'est à cause de ce phénomène de l'attention très particulier: le Change Blindness.

Inattentional Blindness (Aveuglement d'inattention):
Si vous avez fait un IB, vous n'avez pas vu la faute...

Nous connaissons les phénomènes d'attention. L'attention agit comme un faisceau pour concentrer les ressources cognitives vers une source précise qui va être alors traiter de manière approfondie alors que les autres informations sont traitées de manière superficielle, voir même non-consciente (Nous reviendrons sûrement là dessus dans un autre article). Le phénomène curieux d'IB nous dit que si notre attention est dirigée pour attendre un certain élément, alors nous aurons des difficultés à enregistrer l'apparition d'un élément non attendu. Nous pouvons penser à un exemple tout simple de ce phénomène: la lecture en diagonale. Lorsqu'on lit en diagonale, c'est à dire rapidement, on a tendance à utiliser des "trucs" pour ne pas lire toute la phrase. L'un de ces trucs est notamment de savoir avant même de les lire les mots qui suivent habituellement un début de phrase. Si je vous dis "le ciel est" vous penserez à "bleu" avant même d'avoir pu voir ce qu'il y avait d'écrit ensuite. Tout va bien si la phrase se termine par bleu, alors votre lecture rapide ne vous aura pas desservi. Qu'en est-il si jamais la phrase se terminait en fait par "moutonneux"? La technique de lecture rapide tendrait à ne pas vous faire rendre compte que le ciel n'était pas bleu mais était en fait moutonneux. Vous continueriez alors de lire sans vous soucier d'avoir rater un élément de la phrase. Bien entendu, ce n'est pas d'une gravité absolue dans cet exemple (bien que ça puisse amener à des problèmes de compréhension), mais c'est un phénomène que l'on retrouve partout et qu'on appelle Inattentional Blindness, ou IB. Il s'agit du phénomène qui va vous empêcher de voir un élément apparaitre là où vous vous attendiez à en voir un autre.

Visual Experience :
Pour palier aux deux phénomènes sus-mentionnés et pouvoir quand même intégrer les perceptions visuelles et pouvoir les traiter alors qu'elles ont soit changé soit ne sont pas conforme à ce qu'on attend, il faut utiliser l'attention focalisé (qui contrebalance l'effet CB). Des expériences sont encore à faire pour comprendre comment l'on pallie à l'IB, grâce à quel type d'attention? C'est en tout cas grâce à l'attention que l'on pallie aux problèmes d'inattention, bien entendu.

Un exemple édifiant: Comptez le nombre de passes entre les joueurs blancs dans cette vidéo:
http://www.youtube.com/watch?v=Ahg6qcgoay4&feature=player_embedded


Source: Rensink R.A. (2000). When Good Observers Go Bad : Change Blindness, Inattentional Blindness, and Visual Experience, In Psyche, 6(09)

1 commentaire :

  1. Τhank you a bunch foг sharіng this with аll of us уou really
    recognize what you're talking about! Bookmarked. Please additionally discuss with my web site =). We will have a hyperlink trade contract among us
    Also see my webpage > puresearching.com

    RépondreSupprimer