dimanche 12 septembre 2010

Lechevalier, B. (2006). Le cerveau de mozart - L'intelligence musicale

Votre avis :  
L'intelligence générale: les fonctions exécutives du lobe frontal.
Dans la littérature, il y a plusieurs types d'intelligences qui ont été identifiées, notamment par Spearman et son fameux facteur G, pour Général. L'intelligence serait selon lui à la fois globale (quand on est intelligent, on l'est pour tout), et à la fois spécifique: les facteurs S (on peut être particulièrement doué en musique, par exemple). Les théories sur l'intelligence avancent que celle-ci se situe dans le lobe frontal, et que c'est en fait grâce aux fonctions exécutives qu'on peut inhiber les comportements automatiques ("cycles d'activités réflexes" (Luria, 1967)) et ainsi permettre une réflexion.
Dans les fonctions exécutives, il y a plusieurs aspects, gérés par des zones différentes du cerveau:
  • La planification: cortex frontal dorsolatéral
  • La mémoire de travail: cortex frontal dorsolatéral
  • Flexibilité mentale: cortex orbito-latéral
  • (On inclut dans les fonctions exécutives plusieurs éléments, qui font soit partie des précédents, soient en forment de nouveaux: la volonté, l'attention, le maintient de la finalité du but, la prise en considération et la comparaison de tous les éléments d'un ensemble, l'appréciation de leur importance respective, la possibilité d'établir des relations entre ces parties, l'inhibition des interférences ou si l'on préfère des distracteurs, l'évitement des automatismes, etc: Tout est dans le lobe frontal)

Dans son livre sur la musique, Lechevalier tente de comprendre si l'intelligence musicale serait en fait juste comprise dans l'intelligence globale ou s'il s'agirait d'un module spécifique de l'intelligence. Il part de l'observation de M. Manturzewska (1994) que ceux qui sont bons en musique sont rarement bêtes, alors que ceux qui sont intelligents ne sont pas forcément bons musiciens. Du coup, que peut-on dire? Est-ce une intelligence générale, vu que quand on est bon là dedans, on est bon partout, ou une intelligence spécifique, vu que quand on est bon partout, ça ne veut pas dire qu'on sera bon en musique?

Qu'est-ce que l'intelligence musicale?
Par le terme d'intelligence, on regroupe souvent beaucoup de définitions populaires, et peu de définitions scientifiques. Il n'y a d'ailleurs pas vraiment d'ouvrage sur "l'Intelligence" en psychologie. Seulement sur quelques hautes fonctions cognitives étudiées séparément. (Celles qu'on a vu plus haut)

L'intelligence musicale, elle, est spécifique au domaine de la musique (ce qui ne veut pas encore dire que c'est une intelligence de type S). En tant que telle, elle se mesure, notamment par le test de Seashore, comme pour tous les autres types d'intelligence, depuis Binet. Dans ces mesures, que regarde-t-on? Autrement dit: qu'est-ce qui constitue l'intelligence musicale?
  • Aptitudes sensorielles / Niveau perceptif: bonnes capacités d'analyse des qualités des sons (hauteurs, timbre, etc.)
  • Aptitude de performances instrumentales et vocales: savoir reproduire un morceau entendu ou lu
  • Mémoire et imagination musicales: garder en mémoire les représentations de la musique, utile aux compositeurs, mais parfois en lacune chez les improvisateurs
  • Intelligence (compréhension et réflexion) / Représentation dans la conscience: on se représente des "images sonores"
  • Emotions (réception et expression) / La création: capacité de créer un objet musical 
De plus, des données existent sur les aires activées lors de l'écoute et de la reproduction de la musique (Sergent, J. et al., 1992)
  • Ecoute de la gamme: activation des aires auditives secondaires, des deux côtés + gyrus temporal droit ; Ecoute d'un air musical: + gyrus temporal supérieur gauche. (sous le lobe temporal)
  • Exécution de la gamme par la main droite : cortex moteur et prémoteur de la main droite dans l'hémisphère controlatéral (en haut du cerveau)
  • Lecture d'une partition: aires visuelles extra-striées droite et gauche, pas d'activation des zones de la lecture classique (cerveau postérieur, vers l'arrière du crâne)
Conclusion
Dans l'intelligence musicale, il y a plusieurs éléments, tous mis en jeu dans une démarche musicale: L'écoute / La représentation interne / La lecture / La création. On peut les séparer en deux domaines: ce qui a trait aux sons, l'acoustique et ce qui a trait à la composition artistique. A chaque fois, c'est le lobe frontal qui s'en occupe, car cela demande surtout l'intervention des fonctions exécutives.
Lechevalier pense que l'intelligence musicale est devenue spécialisée parce qu'il y a eu l'éducation et l'environnement qui sont allés dans ce sens, le cas échéant... Et sinon?


Source: Lechevalier, B. (2006). Le cerveau de Mozart. Odile Jacob: Paris

    Aucun commentaire :

    Enregistrer un commentaire