mardi 12 juin 2012

L'énigme de l'autisme : la piste bactérienne (Documentaire Arte)

Votre avis :  
Et si l'autisme pouvait être réduit grâce à un régime ? Et si l'augmentation des antibiotiques allait de pair avec l'augmentation de l'autisme ? 
Le syndrome autistique est un problème dont on parle de plus en plus. Heureusement, la thèse psychanalytique qui a fait rage depuis quelques dizaines d'années pour diaboliser le comportement maternel tend à disparaître derrière les recherches en sciences cognitives. Les preuves affluent comme quoi l'autisme serait dû aux gènes. Mais certains autistes ne sont pas issus de familles à risque, qu'est ce qui fait qu'ils deviennent alors autistes quand même ? Une solution dans les bactéries !



Comment les bactéries pourraient expliquer l'autisme ? 

On sait que les bactéries font partie de facteurs environnementaux très influents sur le biologique. L'environnement peut modifier notre corps, jusqu'à modifier même nos gènes. Ce phénomène est un phénomène de sélection naturelle bien connu, c'est ce qui provoque les nombreuses mutations qui ont développé l'espèce humaine jusqu'à ce qu'elle est. 
Certains spécialistes actuels s'intéressent donc à l'effet des bactéries ingérées sur la modifications des gènes de l'autisme. 

Les gènes de l'autisme commencent à être identifiés (déjà 6 gènes jusqu'ici). Cette influence des gènes doit être mise en miroir avec des critères sociaux déconcertants : les immigrés seraient plus touchés, les mères auraient remarqué des départs d'autisme chez leurs enfants nés sains, à la suite de prise d'antibiotiques, des améliorations des symptômes selon les régimes alimentaires, etc.

Le lien commence ainsi à être fait entre ces observations sociales et les résultats scientifiques
Les antibiotiques, les aliments et autres éléments ingérés font réagir l'estomac, qui produit des toxines pour les digérer. Ces toxines (particulièrement des neurotoxines), inclues dans la flore intestinale (des bactéries appelées clostridiums par exemple), à leur tour, vont parfois agir sur le cerveau, et créer ainsi les troubles autistiques. Ces mêmes bactéries peuvent également produire des mutations génétiques durables, notamment sur les gènes de l'autisme... Le lien est ainsi fait entre les bactéries ingérées et l'autisme.

Une neurotoxine, l'acide propionique (souvent utilisé comme conservateur : E280, utilisé sur le pain et les gâteaux notamment), a montré chez les rats l'apparition de troubles de style autistiques : fin des interactions sociales, hyperactivité et répétitivité des comportements. Cette neurotoxine pourrait donc être la bactérie qui causerait les problèmes autistiques, mais aucune étude sur l'homme n'a été faite. Néanmoins, le système digestif des rats testés leur permet d'éliminer cette toxine et de faire disparaître les symptômes, ce qui ne semble pas être le cas chez les autistes. Notre système digestif est différent de celui des rats, et il y a donc des spécificités à étudier.

Traiter l'autisme en traitant le corps

Et si l'autisme pouvait être réduit grâce à un régime ? Et si l'augmentation des antibiotiques allait de pair avec l'augmentation de l'autisme ?
Il est évident que ces résultats permettent d'augmenter la cause environnementale, et de faire le lien entre environnement et génétique. Il ne coûte rien d'éviter les aliments contenants les clostridiums (le conservateur E280 par exemple ou le glutène, etc.), mais il ne faut pas espérer des miracles, car l'autisme est un syndrome persistant, qui dure souvent toute une vie. Les thérapies comportementales restent toujours efficaces pour soigner l'autisme.
Certains hôpitaux commencent même à utiliser ces résultats pour tenter d'aider les autistes et leurs familles (notamment dans un hôpital à Oslo, Norvège), en identifiant dès le plus jeune âge les toxines en question pour pouvoir les contrôler ou les éliminer.

Les résultats des scientifiques sont encourageants, mais attention à ne pas crier victoire trop vite, car l'autisme est un problème qui fait appel à bien plus d'un seul facteur. Réduire l'autisme à l'ingestion d'une bactérie nuisible n'est pas plus intelligent que de dire que les mères sont les seules causes de l'autisme. Une théorie générale intégrant tous ces points doit être trouvé.

--------------------
A lire également à propos de l'autisme : 
Siegal & Blades (2003). Le traitement du langage et des stimuli auditifs chez les autistes
Dapretto, M. & al. (2006). Comprendre les émotions des autres : les dysfonctionnements des neurones miroirs chez les autistes
Les surdoués de la créativité - Documentaire Arte: Voyage au centre du cerveau

5 commentaires :

  1. Je ne suis ni médecin ni psychologue, tout ce que je sais, c'est que mon garçon, affecté par un Trouble Envahissant du Développement a fait des progrès rapides et très significatifs dès les premières semaines d'un régime adapté. C'est une expérience vécue, pas une hypothèse.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce témoignage, c'est aussi grâce à ça que la recherche peut avancer, et que la science expliquer ce phénomène. En commençant à comprendre comment cela fonctionne (c'est apparemment ce qui est en train de se passer), on peut réussir à mieux le contrôler, et en avançant sur la recherche à ce sujet, on peut espérer être encore plus efficace dans les traitements proposés !

    C'est tout ce qu'on peut souhaiter pour tous ces enfants qui souffrent, avec leur famille.

    RépondreSupprimer
  3. vandenhaute jean8 juillet 2012 à 15:21

    en disant une chose correcte pour quelques autres qui ne le sont pas on rend un très mauvais service à la communauté des lecteurs. Un exemple en est ce §: "On sait que les bactéries font partie de facteurs environnementaux très influents sur le biologique. L'environnement peut modifier notre corps, jusqu'à modifier même nos gènes. Ce phénomène est un phénomène de sélection naturel bien connu, c'est ce qui provoque les nombreuses mutations qui ont développé l'espèce humaine jusqu'à ce qu'elle est. "

    Rien dans l'extrait "jusqu'à modifier même nos gènes. Ce phénomène est un phénomène de sélection naturel bien connu, c'est ce qui provoque les nombreuses mutations" n'est acceptable, pas même l'orthographe ( : c'est la sélection qui est naturel(le) et pas le phénomène!).
    Il ne faut pas publier n'importe quoi, même avec les meilleures intentions du monde.
    JVDH

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour l'erreur d'orthographe, je l'ai corrigée.

      Peut être pourriez-vous du coup corriger ce paragraphe pour le rendre plus juste ? Comment rendre justice à la science ? Comment expliqueriez-vous le lien entre la mutation génétique et l'action des bactéries ?
      Le documentaire de Arte ne fait pas réellement ce lien pourtant essentiel...

      Supprimer
  4. Bonjour monsieur Moret,

    Nous venons de parcourir votre blog, Psychologie cognitive et Neurosciences, que nous avons beaucoup apprécié. Nous aimerions ainsi vous inviter à vous joindre à nous, et plus exactement à devenir rédacteur sur CareVox, premier site participatif dédié aux actualités de santé et bien-être.

    La particularité de CareVox est de permettre aux professionnels, mais également aux passionnés de tout bord par les thématiques de santé, de faire part de leurs préoccupations de bien-être dans leur domaine de prédilection, dans la limite de l’exactitude scientifique dont CareVox se veut le garant.

    A la lecture de vos écrits, nous sommes convaincus que de nombreux lecteurs de CareVox aimeraient vous connaître davantage, s’informer et tirer parti de votre expérience, de vos conseils et de vos réflexions sur les thématiques ayant trait à la psychologie et à la neuroscience.

    Nous sommes heureux de notre côté de pouvoir vous offrir la tribune de CareVox pour vous permettre d’intéresser un large public à vos développements. Les articles sont évidemment relus et corrigés par un comité de rédaction.

    Sur CareVox vous côtoierez des passionnés, comme vous, par la santé et le bien-être. Vous pouvez vous inscrire dès maintenant ou nous faire part de vos questions et remarques éventuelles. Vous pouvez compter sur nous, et nous vous renseignerons avec plaisir.

    Dans l’attente de votre réaction, et bien cordialement,

    L’équipe de rédaction de CareVox

    http://www.carevox.fr/
    redacteurs@carevox.fr

    RépondreSupprimer